Skip to main content

*Nouveau* Collectez des pre-saves dès le premier jour avec Artist Hub Pro💚

Artist Hub
iMusician logo
Artistes à suivre

Sortie de la semaine - Catisfaction

  • 18 janvier 2022, mardi
Partager cet article sur
Catisfaction - Photo Officielle

Ce qui aurait pu être une énième soirée au bar a fini dans un studio de répétition. La magie a opéré et BOOM ! Catisfaction est né. Pop énervée, à la fois glaçante et lumineuse, la musique de ce groupe est définitivement un régal savoureux. Nous avons eu le plaisir de distribuer leur EP éponyme, sorti en 2019, et sommes ravis de présenter leur tout nouvel album Kill 'Em All.

Nous avons discuté avec le groupe et leur label, Destructure, pour comprendre comment ils gèrent leur label indépendant, le processus d'impression de vinyles avec l'état actuel de l'industrie, et les inspirations et les thèmes derrière leur nouvel album. Les chats adorent ça !

Pouvez-vous présenter votre label et le groupe Catisfaction ?

Destructure est un label créé il y a 20 ans et qui se concentre sur la scène DIY/punk politique française. La 89ème sortie (le premier album de Bombardement) sortira dans un ou deux mois. La plupart des groupes sont des amis très proches et nous ne sortirons pas un disque de groupe si nous ne connaissions pas au moins un membre personnellement. C'est vraiment une affaire de famille, et beaucoup de membres du groupe (moi y compris) jouent dans deux, trois ou quatre groupes simultanément, croyez-moi, notre scène a un arbre généalogique qui vous donnerait le mal de mer :).

Ce sentiment de communauté est essentiel pour nous fournir l'énergie dont nous avons besoin pour continuer à faire tourner le label. C'est la raison pour laquelle Catisfaction s'inscrit parfaitement dans notre catalogue : en plus d'être un groupe génial avec de superbes chansons, les trois membres font également partie d'autres groupes qui ont déjà sorti leurs disques chez Destructure. Vous devriez absolument découvrir Bitpart, Mary Bell, Better Off Dead, Going Away Party, et bien sûr, leurs autres groupes qui ne sont pas sortis chez nous, comme Oh No It's Diva, Neuf Volts, Taenia, pour n'en citer que quelques-uns.

Artwork de Kill Em all par Catisfaction

Kill 'Em All

Ecouter sur votre plateforme préférée

Pouvez-vous nous en dire plus sur Kill 'Em All ?

Juste après que Catisfaction ait sorti leur démo, je leur ai dit que je voulais sortir un album car ce sont des amis proches et j'aime toute l'énergie et la passion qu'ils mettent dans chaque projet auquel ils participent. J'ai été assez impliqué dans la réalisation de l'album puisque je l'ai mixé et que j'ai également réalisé la plupart des illustrations de la pochette et de la mise en page. C'est un excellent album et je voudrais laisser Victoria (guitare/voix) nous en dire plus sur sa réalisation et son contenu :

" Nous avons commencé à écrire les chansons de Kill 'Em All juste après avoir enregistré notre démo à l'été 2019, elles en sont donc définitivement la suite. Des chansons sombres, voire en colère, qui véhiculent une certaine haine ou un sentiment d'injustice envers le patriarcat, et les injonctions dont nous faisons l'objet. On veut tout de même rester sur le spectre de la positivité, de l'espoir, de la lutte et de l'autonomisation. En résumé, c'est un album plutôt sombre et noueux, mais nous espérons qu'il vous apportera quand même une lueur d'espoir ou le courage de vous battre pour être qui vous voulez être."

Vous avez décidé de rendre la sortie disponible en vinyle, y compris une version en édition limitée en marbre noir et blanc. Que pensez-vous de l'avenir de l'industrie du vinyle ?

Pour être honnête, je n'aime pas vraiment les vinyles de couleur. Et je déteste que de nombreux labels transforment le format vinyle en une chose rare et à collectionner. Je pense que la musique devrait être disponible et abordable sous toutes ses formes, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous choisissons de distribuer les chansons en numérique.

J'aime les vinyles noirs sobres, classiques et classes, mais je respecte le fait que certains fanatiques de musique en vinyle ne partagent pas cet avis. Je sais aussi que beaucoup de gens qui nous suivent aiment soutenir le groupe et le label en commandant directement dans notre boutique, alors quand les groupes s'y mettent, nous essayons de montrer notre gratitude en offrant une option de couleur que la personne peut choisir. J'ai proposé au groupe de faire un vinyle marbré noir et blanc pour correspondre à la pochette, car la correspondance des couleurs avec la pochette n'est absolument pas négociable ! Je déteste les vinyles aux couleurs bizarres, car en plus d'être laids, ils sonnent souvent très mal.

Comme je travaille comme courtier en vinyles, je parle souvent avec de nombreuses maisons de disques et le sentiment général en ce moment est l'ennui et l'incertitude. La scène punk a toujours été très attachée au format vinyle et il est de plus en plus difficile de se projeter dans l'avenir et de planifier quoi que ce soit quand les usines de pressage de vinyle sont trop occupées, avec des délais plus longs, et quand les coûts de fabrication ne cessent d'augmenter. D'un côté, les ventes de vinyles sont plutôt bonnes en ce moment mais d'un autre côté, il faut attendre des mois avant de recevoir ses commandes de disques avec des prix de plus en plus élevés. J'entends dire que certains labels veulent arrêter leur activité, ce qui est très triste, mais je les comprends, je partage leur inquiétude et je ressens la même chose. Cette année sera encore une année difficile dans l'industrie du pressage de vinyle avec plus de pénuries. Ces dernières années nous ont appris qu'il est impossible de prédire l'avenir, même à court terme, alors je suppose que nous devons être patients et trouver de nouveaux moyens de gérer toute cette frustration et continuer à soutenir des groupes qui leur plaisent.

Le fait que le label soit né en Normandie joue-t-il un rôle dans votre approche de la musique ?

Le label était basé à Caen, en Normandie, où j'ai vécu pendant une quinzaine d'années ; cela a contribué à forger son identité première, la scène était très excitante au début des années 2000 avec de solides groupes en tournée et des spectacles passionnants, mais nous n'y sommes plus. Sylvain, qui est impliqué dans le label depuis plus de 10 ans, est à Cherbourg et j'ai déménagé à Paris il y a quelques années. Le lieu est important car il change votre réseau d'amis et permet de travailler avec de nouvelles personnes, mais de toute façon la communauté punk française est un réseau assez restreint. La plupart des groupes sont composés de personnes que je connais depuis 10, 15 ou 20 ans mais qui vivent à des heures de route de chez nous, et nous sortons régulièrement des disques de groupes basés partout en France, de Brest à Lyon, de Lille à Bordeaux...

Quels sont vos projets pour 2022 ?

Chaque année, Sylvain et moi nous disons que nous devrions réduire le rythme et sortir moins de disques, mais nous avons la chance d'être entourés d'amis créatifs dans des groupes fantastiques, donc je suppose que cette année va encore être bien remplie. Le prochain album de Bombardement sortira en mars, puis, au printemps, le deuxième album de Bleakness et le premier album tant attendu de Syndrome 81. Le reste de l'année est encore incertain, l'avenir nous le dira !

Partager cet article sur
Suivre cet artiste sur
Newsletter iMusician

Suivez l'actualité

Recevez les dernières nouvelles, conseils et astuces en matière de business de la musique. Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale arrive directement dans votre boîte email.

Loading...