Skip to main content

Festivités de fin d'année ! économisez jusqu'à 50% 💸

En savoir plus
iMusician logo
Tous les articles du blog

Que se passe-t-il avec l'industrie du vinyle ?

Disque Vinyle

Une pénurie de vinyles. S'agit-il d'un autre changement inévitable dans le secteur de la musique ou d'une menace plus grande encore que le COVID-19 pour les labels indépendants ?

Au cours du premier semestre 2021, les ventes de vinyles ont explosé de 94 % selon la RIAA. Les revenus de la musique enregistrée aux États-Unis ont augmenté de 1,5 milliard de dollars (+27 %). Cette croissance est principalement due au streaming musical et aux abonnements premium à des boutiques comme Spotify, Apple Music et Deezer, avec une augmentation de 13 % par rapport au premier semestre 2020.

Nous pouvons constater une telle croissance non seulement aux États-Unis mais aussi à l'étranger avec l'Allemagne qui a obtenu 1 milliard de dollars de revenus provenant de la musique enregistrée, soit une croissance de 12,4% (Source : Music Business Worldwide).

Graphique de l'industrie musicale allemande

Et qu'est-il arrivé aux ventes de vinyles ? Elles ont explosé.

Aux États-Unis, les ventes de vinyles ont connu une croissance de 108 % au cours du premier semestre de 2021. Comme nous observons la même chose en Europe, quel est le problème ? Les gens achètent des vinyles, donc les labels et les artistes devraient s'en réjouir, non ? Pas si vite.

Comme le mentionne The Guardian, les usines de pressage de vinyles ont du mal à répondre à la demande, et les labels bien financés essaient de passer avant les autres. En plus de cela, il y a une pénurie de PVC, ce qui provoque des retards de la part des fournisseurs des usines de pressage, qui ne peuvent donc pas suivre les délais de production habituels. Il y a quelques décennies, nous pouvions presser des disques en quelques semaines, alors qu'aujourd'hui nous devons attendre entre 6 et 12 mois. Si vous êtes une maison de disques ou un artiste et que vous avez des fichiers audio et des fichiers d'impression de maquettes prêts à être envoyés à l'usine de pressage, vous devrez attendre près d'un an pour avoir votre vinyle entre les mains. Cette situation n'est pas viable.

Pour approfondir les facteurs et les conséquences de la pénurie de production de vinyles, nous avons interviewé Mirko Gläser, propriétaire du label indépendant allemand Uncle M Music.

Photo de Mirko Gläser

Mirko Gläser, owner of Uncle M

Je m'appelle Mirko Gläser. Je suis le propriétaire de l'entreprise musicale hybride Uncle M, basée sur la côte allemande de la mer du Nord. Nous nous considérons comme un mélange de label, d'agence marketing/PR, d'éditeur de musique et de consultant pour environ 75 groupes et de nombreux labels internationaux.

Je suis actif dans le domaine des labels depuis le début des années 2000 et, dans les années précédentes, durant les phases les plus réussies, j'ai accompagné des groupes comme The Gaslight Anthem, Flogging Molly, Gogol Bordello, mais aussi les Donots, Itchy ou 100 Kilo Herz avec mon travail. Nous sommes en contact avec iMusician via le groupe Attic Stories, qui publie ses chansons dans notre département d'édition musicale Oh Lumière.

Pouvez-vous nous expliquer d'où vient le problème dans l’industrie du vinyle actuellement ?

Il y a plusieurs raisons à cela. A cause du Covid, une crise des matières premières frappe de nombreuses industries dans le monde. Les produits à base de bois et de pétrole (ce qui est le cas des vinyls : le PVC et le papier en sont les principaux composants) connaissent des augmentations de prix massives, déclenchées par une énorme demande dans le secteur de la construction et de la fabrication aux États-Unis et en Chine. Pour compliquer encore les choses, les fermetures constantes des ports chinois en raison des épidémies locales de COVID ont causé d'énormes irritations à la chaîne d'approvisionnement et à la logistique très fragiles. En outre, les énormes quantités d'énergie nécessaires au pressage coûtent de plus en plus cher depuis plusieurs années - sans parler de la nécessaire compensation en CO2. Au total, les prix moyens de fabrication ont augmenté de jusqu'à 60 % depuis le début de l'année 2021.

Mais il existe un autre facteur de complication important : Le vinyle est en plein essor depuis plusieurs années et, au plus tard depuis fin 2019, est également redevenu un sujet pour les grandes maisons de disques, qui pressent désormais leurs nouveautés mais aussi leur gigantesque back catalogue en quantités toujours plus importantes. Vers 2010, 700 000 disques vinyles ont été vendus en Allemagne ; en 2020, ce chiffre était d'environ 4,2 millions - et en augmentation.

Cependant, et c'est là que le problème se pose : il n'existe qu'un petit nombre d'usines de pressage allemandes et internationales capables de produire de telles quantités. En dehors de quelques petits fabricants de bricolage, il y a peut-être 3 ou 4 fournisseurs en Allemagne qui pourraient être sollicités pour une telle production de masse. Dans toute l'Europe, ils sont moins de 10. La production de vinyles est un processus très manuel - de la création du master au mélange des couleurs spéciales. Les fans de vinyle se sont habitués au fil des ans à obtenir des combinaisons de couleurs élaborées (éclaboussures, moitié-moitié, jaune d'œuf, ...) - et cela pose d'énormes problèmes (de temps) aux usines de pressage locales pour produire cela sur leurs machines d'aspect antique.

Un leader du secteur parle d'un retard de plus d'un million de supports sonores, ce qui correspond à une année de production dans son usine de pressage !

La version courte :

  • Une concurrence massive et des luttes pour les quelques places de pressage disponibles.

  • Augmentation massive du coût de production

  • Perturbation de la production en raison du manque de matières premières

Comment c'était avant ?

Il n'y a même pas deux ans, la situation était tout à fait différente. Le délai de production d'une édition LP (quelle que soit la quantité) était d'environ 6 semaines, jusqu'à la livraison d'un pressage test, nécessaire à la mise en production, et de 6 semaines supplémentaires après la mise en production. Il s'écoulait donc 3 mois entre le moment où un groupe sortait du studio et celui de la livraison éventuelle de la marchandise aux disquaires et aux sociétés de vente par correspondance.

Aujourd'hui, nous parlons de 8 à 10 semaines pour le pressage test et d'au moins 6 mois (tendance : en augmentation !) pour la production de la marchandise finale.

La menace

Actuellement, la première menace évidente est celle-ci : aujourd'hui, un groupe devrait soumettre la maquette finie à l'usine de pressage quelques semaines AVANT sa date de studio et également déjà soumettre des informations détaillées sur la commande prévue (nombre de pièces, différentes couleurs de vinyle, etc.). Bien sûr, ce n'est pas habituel dans l'industrie, car la plupart des groupes vont probablement "acheter" l'album APRÈS leur date de studio (c'est-à-dire qu'ils l'offrent à des partenaires externes) et lancent la campagne après. Il est également devenu presque impossible de réconcilier ces délais fous avec ceux des agences de booking et des salles de concert, par exemple, qui sont également aux prises avec des délais hors de contrôle après le COVID et qui sont actuellement complets 12 à 18 mois à l'avance également.

Les conséquences de cette situation sont évidentes au premier coup d'œil : Alors que les nouveaux venus, en particulier, ont profité dans le passé du fait que des campagnes bien imbriquées se soutenaient mutuellement (par exemple, une tournée pour l'album générait une double attention et une campagne de promotion passait de la presse nationale à la presse régionale), aujourd'hui, il faut déployer de multiples efforts pour atteindre le même objectif.

Les liquidités souffrent aussi massivement des nouvelles conditions. La tendance au paiement anticipé est en hausse - en d'autres termes, de plus en plus de studios, mais aussi d'usines de presse, veulent recevoir leur argent au moment de la commande. Ces coûts élevés sont financés par les ventes de disques, qui sont maintenant prévues jusqu'à 12 mois à l'avance au lieu de 4. Dans le passé, il était facile de combler ce fossé avec une phase de prévente précoce et d'assurer une liquidité rapide, mais maintenant le risque est de plus en plus transféré sur les épaules des groupes OU de leurs fans (honnêtement : quel fan d'un jeune groupe débutant achète un album 1 an à l'avance ?)

Pour les labels, cette pression sur les liquidités est désormais potentialisée. Alors qu'auparavant ils donnaient les disques aux usines de pressage les uns après les autres et pouvaient financer les coûts du disque 2 avec les revenus du disque 1, ils sont maintenant obligés de préfinancer plusieurs (parfois des dizaines) d'albums simultanément à des prix augmentés - avec une connaissance incertaine des dates de livraison et de sortie.

Reste à savoir comment ces problèmes à court terme affectent le long terme. Même sans la crise du vinyle, les groupes de petite et moyenne taille ont eu d'énormes problèmes de (re)financement pour récupérer les coûts de studio et de pressage.

Citations de Mirko Glaser

Par conséquent, on assistera à une standardisation accrue des albums publiés en vinyle (hits du hit-parade + rois de la niche), ce qui mettra surtout la pression sur les disquaires spécialisés et la vente par correspondance (qui sont déjà souvent confrontés au problème de l'entrée des nouveautés en magasin à cause du retard). Quoi qu'il en soit, l'augmentation des prix des matières premières et de la fabrication a conduit au fait qu'un album vinyle moyen ne coûte plus 15-20 euros dans les magasins, mais plutôt 25-30 euros. Les clients n'achètent que les albums qu'ils veulent VRAIMENT. Les découvertes ou les achats aléatoires seront de moins en moins nombreux à l'avenir. (En accompagnement, on pourrait également se demander combien d'albums un collectionneur peut se permettre alors que sa richesse générale et son revenu net sont également affectés par les mesures COVID et la crise économique générale).

De nombreux groupes réagissent déjà à la crise actuelle en sortant leurs albums d'abord en version numérique, puis en version physique trois trimestres plus tard, ce qui, à mon avis, entraînera une nouvelle baisse spectaculaire des ventes. Les ventes de vinyles dans les magasins mais aussi en tournée représentent environ la moitié des ventes d'un album (les 50 % restants sont généralement vendus aux pré commanditaires par les groupes via leurs propres boutiques en ligne). Je doute fort que les ventes à la table de merchandising plusieurs mois après la sortie numérique puissent encore se maintenir ici, si les fans peuvent déjà apprendre l'album via Spotify à fond. En fait, la conséquence de cette réflexion devrait être d'investir encore plus d'argent dans l'haptique et le packaging - mais voir plus haut : Les prix des pressages standard explosent déjà. Qui peut et veut se permettre des éditions collector encore plus chères?

Si les groupes et les labels veulent continuer à sortir des albums synchronisés et à lancer le marketing, les tournées et autres activités promotionnelles parallèlement aux dates de sortie, ils n'ont actuellement pas d'autre choix que d'allonger leurs délais de 6 à 12-18 mois après l'enregistrement de l'album - quel qu'en soit le coût.

Partager cet article sur
Newsletter iMusician

Suivez l'actualité

Recevez les dernières nouvelles, conseils et astuces en matière de business de la musique. Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale arrive directement dans votre boîte email.

Loading...