Skip to main content

*Nouveau* Collectez des pre-saves dès le premier jour avec Artist Hub Pro💚

Artist Hub
iMusician logo
Artistes à suivre

Sortie de la semaine : Marcel Herrschaft

  • 11 novembre 2021, jeudi
Partager cet article sur
Marcel Herrschaft

Pour le DJ et producteur Marcel Herrschaft, le voyage dans le monde de la musique électronique a commencé au milieu des années 90 - pour être plus précis, avec l'émission de radio « 1Live-Partyservice » de DJ Piet Blank. S'exhiber dans la cour de l'école avec les cassettes enregistrées de l'émission et sortir en cachette la nuit pour aller dans les clubs est devenu une habitude. Son premier disque est sorti (Megamind - Taub ? - Underground UND1043), ainsi que ses premiers concerts en tant que DJ, sa propre série d'événements et, enfin et surtout, ses premières chansons produites. Après quelques années frustrantes à établir des contacts via des bandes démo avec de nombreux labels, il a décidé en novembre 2020, après avoir obtenu son diplôme, de fonder le label « Pottwerke ». Il a maintenant la sortie de la musique du futur entre ses propres mains.

Que pouvez-vous nous dire sur vos inspirations et le processus créatif de votre nouveau single ?

Eh bien, s'il y a une chose qui définit Pottwerke, c'est un son chaud, dû au travail avec des équipements lourds. Ma passion pour les synthétiseurs analogiques, les égaliseurs et les compresseurs a commencé tout comme ma passion pour les disques, dans les années 90. Je suis un collectionneur passionné de matériel ancien et original. Il y a un bruit de fond et un bourdonnement constants dans mon studio. Les machines font toujours monter la température de la pièce au-delà de 25°C.

Pour moi, le processus de composition doit consister en un travail physique. Je me précipite d'un coin à l'autre, je tourne des boutons, j'appuie sur des touches ou je raccorde des câbles. Rien n'est parfait et, de préférence, rien n'est numérique. Bien sûr, je n'enregistre pas sur bande, ce qui signifie que je ne peux pas me passer entièrement d'un DAW numérique. Mais j'essaie d'effectuer la plupart des tâches de composition, de mixage et de mastering à partir de la boîte. C'est exactement ce que je veux projeter sur mes chansons, y compris « Esperanto ». Ma plus grande inspiration est Mauro Picotto avec ses précédentes sorties sur les labels « BXR » et « Alchemy » et les sorties de Tiesto sur « Magik Muzik ». En termes de flux de travail et de technique, Robert Babicz est certainement un grand modèle pour moi.

Que pouvez-vous nous dire de votre expérience avec Spotify et les autres plateformes de streaming et de téléchargement ?

Dans mon mémoire de licence, j'ai déjà largement traité du positionnement stratégique et de la gestion d'un label musical à l'ère de la numérisation. J'ai également eu la chance de mener plusieurs entretiens avec des artistes et des managers de labels expérimentés. La numérisation rend le marché de la musique accessible à tous en tant que fournisseur. D'un côté, c'est une bonne chose, car cela donne à toute personne créative disposant d'un petit budget une chance de gagner de l'argent avec la musique, même s'il est très faible. D'un autre côté, cette masse de musique rend le marché très confus et la qualité en souffre.

En éliminant les supports physiques, l'empreinte écologique change en faveur de l'environnement, et les labels peuvent économiser du temps et des coûts dans la fourniture des supports et la distribution. Les labels peuvent s'attendre à ce que le Mp3 soit entièrement éliminé. Ils peuvent s'y préparer en ajustant stratégiquement leur marketing et leur production car, comme le montrent les statistiques des labels et des associations de musiques, les téléchargements deviennent de moins en moins importants.

Les labels souhaitent ramener la qualité dans le monde de la musique, mettre davantage les labels au premier plan et faire progresser lentement les artistes au lieu de les considérer comme des travailleurs à la chaîne. La numérisation et les faibles barrières à l'entrée du marché représentent un risque d'anonymisation pour les artistes et les labels. Toutefois, ces derniers développent des stratégies pour redonner un visage aux artistes et aux labels.

Grâce à une interaction personnelle avec les consommateur·trice·s, à des possibilités d'avantages par le biais d'adhésions et de coopérations avec des entreprises locales, un lien durable et une idée familière sont recherchés. La musique n'est plus au premier plan des sources de revenus. Elle est plutôt devenue un outil de promotion qui fait du commerce en direct la principale source de revenus.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ?

Mon objectif est uniquement la qualité, l'authenticité et le plaisir avec la musique. À l'origine, j'avais prévu de sortir un album tous les mois. Mais lorsque le plaisir et la qualité ont commencé à souffrir sous la pression de ma maison, j'ai cessé de m'y exposer et la régularité est venue d'elle-même.

Néanmoins, je suis heureux d'annoncer que le prochain EP intitulé « Abofalle », composé d'un morceau acid légèrement plus lourd et d'un morceau techno plus progressif, sortira sur Pottwerke début décembre. Ce serait la treizième sortie sur mon label.

Pour l'avenir, il est prévu de découvrir d'autres artistes et de les inspirer pour Pottwerke. Actuellement, seul un autre musicien live très talentueux, Lottzen, sort avec moi. Mais je ne cherche pas seulement des musicien·ne·s. Les concepteur·trice·s et les illustrateur·trice·s sont également les bienvenu·e·s. J'aime combiner l'art des sons avec l'art des images. Ainsi, des designers du secteur de la mode, des photographes et des étudiant·e·s en art ont déjà été autorisé·e·s à immortaliser leur travail sur cinq pochettes.

Partager cet article sur
Suivre cet artiste sur
Newsletter iMusician

Suivez l'actualité

Recevez les dernières nouvelles, conseils et astuces en matière de business de la musique. Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale arrive directement dans votre boîte email.

Loading...