Skip to main content

*Nouveau* Collectez des pre-saves dès le premier jour avec Artist Hub Pro💚

Artist Hub
iMusician logo
Artistes à suivre

Sortie de la semaine : Fiasko

  • 04 janvier 2022, mardi
Partager cet article sur
Photo Rouge et Bleue du duo Fiasko

Que les banlieues des métropoles mondiales soient le terreau d'un hip-hop solide n'est pas nouveau, c'est bien connu. Mais le fait qu'il ne soit pas question ici du Bronx, mais de chambres d'adolescents équipées de meubles Ikea et donnant sur des jardins méticuleusement entretenus, ne laisse rien présager de bon en termes de crédibilité.

Le duo autrichien Fiasko apporte la preuve du contraire. Ce qui a commencé par la découverte de l'Amérique via Internet dans leurs jeunes années est documenté des années plus tard - après divers essais musicaux - sur un album. Tantôt avec un romantisme MPC classique, tantôt avec des samples créés de ses propres mains, Fiasko traite des thèmes entre la quarantaine et la crise de la quarantaine.

Pouvez-vous vous présenter brièvement, vous et votre projet ?

Fiasko est quasiment le nom de code d'une amitié de longue date, profondément enracinée dans la musique. Il y a Max qui rappe, et moi, Matthias, qui m'occupe des instrus. Ce qui est drôle, c'est que même si nous nous connaissons depuis longtemps et que nous échangeons à chaque occasion sur la musique et la création musicale, nous n'avons jamais vraiment travaillé ensemble - jusqu'à présent. Tout s'est donc déroulé très rapidement et sans grand plan directeur, ce qui se reflète probablement aussi dans le disque lui-même : L'instinct plutôt que le travail intellectuel, les arêtes plutôt que les coins arrondis, en gros "it is, what it is".

fiasko album artwork

Pouvez-vous nous parler de votre nouvel album "Fiasko" ? Quelles ont été vos inspirations ?

Ce n'était pas prévu d'en faire un album à part entière. Au départ, il s'agissait juste de construire un beat pour un texte existant dont Max voulait justement se débarrasser pour des raisons urgentes. Cela a duré deux mois. J'envoie des beats et Max - qui est en train de vivre une période très intense sur le plan personnel - écrit dessus. Lorsque nous nous sommes retrouvés en studio pour enregistrer quelques morceaux, nous nous sommes rendu compte de l'ampleur du matériel et de la cohérence du contenu et de la musique. Deux jours plus tard, nous avions cet album.

Quelle est votre expérience avec Spotify et les autres platesformes de streaming et de téléchargement ?

Nous avons récemment lancé notre label Gspusi Records pour diffuser notre production musicale dans le monde entier. Du point de vue d'un mini-label indépendant, il est évidemment facile de discuter des mécanismes de ces plateformes et de leurs effets sur les créateurs de musique eux-mêmes. Ce qui est sûr, c'est qu'il est indispensable de rendre les sorties du label disponibles sur Spotify. Après tout, on veut que quelqu'un les écoute. Notre passion est toujours le vinyle, mais cela ne nous empêche pas d'utiliser Spotify au quotidien.

Quels sont vos projets pour 2022 ?

Pour l'instant, nous tremblons malheureusement encore un peu à cause du report de la date du concert de sortie. Il reste à espérer que l'album puisse être présenté en live. Pour le reste, nous essayons de ne rien planifier ou de ne pas forcer les choses, comme le veut le processus de création. Je travaille moi-même tous les jours en studio, ce qui fait que nous accumulons beaucoup de matériel, même sans objectif concret. Chez Max, c'est aussi le chaos, ce qui se traduit toujours par des textes forts et authentiques. Il y a peut-être déjà plus de choses que nous ne le pensons. Nous nous en tenons simplement au credo décisif : « Ça va bien se passer ».

Partager cet article sur
Suivre cet artiste sur
Newsletter iMusician

Suivez l'actualité

Recevez les dernières nouvelles, conseils et astuces en matière de business de la musique. Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale arrive directement dans votre boîte email.

Loading...