Skip to main content
iMusician logo
Toutes les inspirations

Olivier (Alea Jacta Est, Useless Pride) et la scène française de metal hardcore

Deux guitaristes hardcore sur scene

Si vous ne le connaissez pas ou ne connaissez pas sa société, Olivier est le guitariste du groupe de metal hardcore français ALEA JACTA EST, il a co-fondé USELESS PRIDE RECORDS et est principalement connu pour sa société de merchandising USELESS PRIDE MERCH. Il distribue le catalogue de son label avec iMusician et nous nous sommes récemment associés à lui pour proposer des produits dérivés avec une offre spéciale pour notre communauté. Nous avons pensé qu'il y avait beaucoup à apprendre de l'ancien « gamin » qui dirige une entreprise florissante depuis plus de 15 ans. Voici son histoire.

Deux icônes noirs homme et femme
6624 Followers
Icon casque noir
1,7 millions d'écoutes sur Spotify

Peux-tu nous dire comment tout a commencé ?

Je réponds toujours que je ne me souviens pas bien comment tout a commencé, mais pour être honnête, je me souviens de certaines parties :

Je jouais dans un groupe de metalcore en 2005-2006 et je voulais vraiment jouer dans un groupe plus brutal, à l'époque on appelait ce genre de musique : « brutal hardcore ». L'idée était un mélange de parties brutales avec de gros chants, beaucoup d'énergie en direct, c'était la définition exacte de la rage musicale que nous ressentions quand nous allions aux concerts de hardcore. J'ai parlé de ce projet à quelques gars lors des concerts auxquels j'assistais et 2 d'entre eux étaient d'accord pour monter un groupe, Pierre (basse) et notre ancien guitariste, Julien. Ils ont rapidement ajouté Mathieu (ancien batteur) et Vincent (chant). En juin 2006, le line up était complet et nous avons commencé à répéter ensemble. C'est ainsi que nous avons créé ALEA JACTA EST.
Alea jacta est from silence i rise youtube thumbnail

Nous avons joué notre premier concert en octobre 2006 et peu de temps après, Mathieu a quitté le groupe. Par la suite, Eric nous a rejoint en décembre 2006. Je ne vais pas tout vous raconter ici, sinon tout le monde arrêtera de lire l'interview si elle est trop longue ! (sourire). Nous avons sorti une démo en 2007, un split CD en 2008, notre premier album en 2010. Cette même année, Julien a quitté le groupe et Laurent est arrivé quelques mois plus tard. Le line up de 2021 est toujours le même depuis 2010 et depuis ce temps, nous avons joué des centaines de concerts dans de nombreux pays, sorti 2 autres albums et nous voilà, vieux et fatigués !

En ce qui concerne Useless Pride Records, nous cherchions un partenaire pour sortir notre split CD en 2008, nous avions 3 partenaires et il en manquait un pour finaliser le deal...

« J'ai choisi ce nom parce que j'ai appris à ravaler ma fierté et que certains doivent apprendre à le faire pour faciliter leur vie, et peut-être aussi celle des autres. »

Olivier useless pride records

J'ai décidé de créer mon propre label et de co-éditer ce split CD car nous nous sommes aperçus que personne d'autre ne voulait investir quelques euros dans le projet. C'était la première étape du voyage de Useless Pride ! Nous avons sorti quelques albums depuis 2008. Nous ne sommes pas un gros fabricant car nous ne sortons souvent que 1 ou 2 albums par an, mais en 2010 j'ai rencontré Benji (ComeDancing Records) et nous avons décidé de fusionner nos 2 labels et de le faire de manière professionnelle. Useless Pride Records est devenu une véritable entreprise à la fin de cette année.

Je fournissais déjà des produits dérivés pour certains groupes depuis peut-être 2009 (je ne me souviens pas exactement) et j'ai ajouté ce service à UPR en 2011. Nous avons loué un bureau et un atelier, ce qui n'a pas été une chose facile (ce n'est toujours pas facile ahah) mais je vais garder ça pour une autre interview car j'ai déjà atteint les 666 lignes d'écriture.

« J'essaie de faire court mais ce n'est pas facile à gérer ! 15 ans de vie en une réponse.

Alors voilà, nous imprimons aussi du merchandising aujourd'hui et j'ai choisi ce nom parce que j'ai appris à ravaler ma fierté et certains doivent apprendre à le faire pour se faciliter la vie, et peut-être celle des autres aussi ahah ! Qui dit juste « ok cette fois je ne répondrai pas à cette personne car cela va empirer les choses » ; « ok cette fois je n'entrerai pas dans cette arène pour l'honneur car oui je vais lui montrer qui a du cran mais je sais que je vais aussi prendre des coups ».

J'avais 20 ans et la scène était occupée par des gens de 30 à 40 ans. On me traitait comme un gamin. J'étais certainement un enfant, mais pas de manière négative. Il n'est pas intelligent de faire couler les autres avec nous si nous coulons en ce moment et que les autres s’en sortent. Certains appellent cela « fierté », d'autres « ego» , d'autres encore « honneur ». Parfois, l'honneur consiste à faire taire notre pu**** de fierté parce qu'elle veut montrer les muscles pour une raison d'ego.

« Attends, fais ton truc et les méchants n'iront nulle part. Des années après, je suis toujours là à faire mon truc et pas eux. »

Olivier alea jacta est saut guitariste

Tu as donc cofondé un label (pour des groupes de métal et de hardcore principalement). Qu'est-ce qui est important pour un label de disques ? Comment travailles-tu avec les groupes ?

Je pense que vous devez être honnête et que les groupes doivent vous faire confiance. Je n'ai aucun souvenir de quelque chose qui a mal tourné avec les groupes avec lesquels nous travaillons, nous n'avons jamais volé l'argent et nous ne les avons jamais bloqués pour une raison stupide, j'entends souvent dire que les labels et les groupes se battent entre eux mais je n'ai pas ce genre de problème à UPR.

Dans la scène metal hardcore, nous sommes entre la scène punk DIY et la scène metal plus professionnelle, donc pour faire court, nous sommes un mélange stratégique de ces 2 scènes (ahah) ! Et comme beaucoup de musiques, le merch et le streaming sont les principales sources de revenus. Les CD se vendent toujours bien et les vinyles aussi mais les groupes moyens font 1000 CD et 500 vinyles, ce n'est pas un score élevé.

Quel conseil donnerais-tu à un label manager de metal ou hardcore qui veut se lancer ?

Je n'ai pas de conseils particuliers à donner car toutes les histoires sont différentes et uniques.

  • Soyez vous-même : n'essayez pas d'être quelqu'un que vous n'êtes pas.
  • N'essayez pas d'être le plus dur : les plus durs sont souvent les plus stupides.

Pour les fans de metal hardcore

Donc, si tu es honnête et que tes groupes te font confiance, c'est facile, mais y a-t-il encore des groupes qui demandent un contrat ou un document plus juridique ? Comment gères-tu cela ? As-tu un modèle de contrat ou une personne légale que tu contactes pour de telles situations ?

La plupart de nos contrats ont été conclus uniquement par e-mail, nous nous sommes mis d'accord sur les conditions, puis nous avons envoyé un e-mail avec tous les détails du contrat, le groupe a accepté en répondant qu'il était d'accord avec toutes les conditions de l’accord.

Cependant, maintenant, nous sommes davantage dans les contrats, car certains groupes sont plus importants. Nous travaillons avec différents partenaires et devons tout écrire dans un document plus sérieux qu'un simple email.

De toute façon, si le groupe est honnête et le label aussi, il n'y a aucune raison d'avoir des problèmes. Un simple e-mail approuvé par les deux parties est un bon point de départ et il suffit de penser aux principaux sujets. Un autre e-mail peut être rédigé plus tard si vous avez oublié certains points et si les deux parties sont d'accord, cela annule le premier.

L'expérience m'a appris qu'un e-mail simple et clair accepté par les deux parties est bien mieux qu'un mauvais contrat écrit. Chaque année, je vois des groupes en difficulté avec leur label parce qu'un contrat n'était pas clair.

Et si les deux parties sont des gens cools, il peut se passer des choses, mais le groupe et le label peuvent comprendre qu'il n'y avait aucune intention de nuire et qu'il suffit de réécrire le contrat avec la nouvelle condition qui manquait ou qui n'était pas claire. Si vous êtes une tête de noeud dans la vie, vous êtes une tête de noeud en tant qu'artiste ou en tant que label, cela ne vous change pas (sourire).

Donc, tu fais du merch pour de nombreux groupes dans le monde entier. Comment cela se passe-t-il ? Est-ce que cela t’a aidé pour le label ou le groupe ? Quel est le produit qui se vend le mieux, la couleur, le type, le design ?

Cadre de sérigraphie Converge

« Black is the new black! »

Je ne sais pas si ça peut aider, je ne dis pas que je joue dans un groupe et je ne fais pas la promotion du label auprès de mes clients. Certains savent que nous sommes un label, d'autres que je joue dans un groupe, mais je pense que la majorité d'entre eux n'en ont rien à faire (ahah) !

Quelle couleur ? Black is the new black! Le T-shirt noir est le grand gagnant.

Et nous promouvons et vendons de nombreuses sortes de coton biologique, donc pour être exact je dirais que le gagnant est le T-shirt noir biologique.

Comment la distribution de musique en ligne t’a aidé ou que penses-tu du fait que toutes ces plateformes de streaming prennent une place plus importante dans l'industrie musicale que les CD ou les vinyles ?

Pour être honnête, et vous le savez, nous n'avons pas beaucoup compté ni promu la distribution digitale. Pour l'instant, ça aide parce que ça existe et ça se développe sans effort, mais nous avons beaucoup de choses à faire avec ça. C'est un revenu facile pour les artistes et les labels, nous devons adapter nos stratégies à la manière moderne d'écouter la musique et c'est assez intéressant.

Partager cet article sur
Suivre cet artiste sur
Newsletter iMusician

Suivez l'actualité

Recevez les dernières nouvelles, conseils et astuces en matière de business de la musique. Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale arrive directement dans votre boîte email.

Loading...