Skip to main content

Essayez les Artist Pages GRATUITEMENT dès maintenant ! 💅

Obtenir
iMusician logo
Tous les articles du blog

Interview avec Groover : conseils pour promouvoir sa musique et trouver un label

  • 11 mai 2021, mardi
Partager cet article sur
Le logo de Groover et son slogan sur fond multicolore

Groover est une plateforme de mise en relation entre artistes indépendant·e·s et acteurs de l'industrie musicale. Abordable et facile d'utilisation, la plateforme permet de prendre contact avec des médias, des labels ou encore des managers pour leur présenter votre musique, feedbacks garantis. Nous avons rencontré Dorian, co-fondateur qui nous parle de Groover, sa mission d'exterminer les barrières entre les artistes indépendant·e·s et le marché musical et ses conseils pour utiliser Groover, contacter des médias et trouver un label.

À propos de Groover

Pouvez-vous présenter Groover (son histoire, sa mission, ses services etc.)

Nous nous sommes rencontrés Romain, Rafaël, Jonas et moi-même (Dorian) en Californie fin 2017. Jonas et Romain avaient sorti des EPs et tenté tant bien que mal de les faire connaître. De mon côté j’avais créé le webzine Indeflagration en 2013 et je recevais des centaines de mails par jour d’artistes qui souhaitaient que j’écrive sur leur musique sans que j’ai la possibilité ne serait-ce que de lire leurs mails.

On avait déjà fait ce constat que les artistes avaient besoin d’aide et qu’aujourd’hui ’il est difficile d’émerger quand plus de 100.000 nouveaux morceaux sortent sur Spotify chaque jour. A l'époque on a appelé plus de 200 musicien·ne·s et professionne·le·ls de la musique et compris que le nœud venait surtout de la promotion de leur musique, sachant que les barrières à la production et à la distribution s’étaient déjà abaissées.

Founders Groover

Les artistes nous témoignaient gérer plutôt bien seuls la partie création de leur musique et leur image, qu'ils pouvaient faire appel à leurs proches pour les accompagner au départ, et facilement la distribuer grâce à des outils comme iMusician.

Notre but s'est concentré dès le départ à aider les artistes à se démarquer en passant par des relais d’influence, et en commençant par avoir cette garantie que leur morceau sera écouté et d’avoir des réponses. Ne plus envoyer des bouteilles à la mer et casser ce mur de la première écoute.

C'était comme une évidence, il fallait faire quelque chose pour que la mise en relation des artistes et des pros soit la plus simple et la plus directe possible. C'est comme ça qu'est né Groover.

Groover est la plateforme qui permet aux artistes et professionnels de promouvoir leur musique de façon efficace, transparente et abordable. Sur Groover, les musiciens et leurs représentant·e·s contactent facilement les médias, radios, labels et professionnels de la musique de leur choix en étant assurés que leur morceau sera écouté, de recevoir des retours écrits de qualité et gagner en visibilité (articles, playlists, signatures sur label etc.) Quant aux influenceurs musicaux ils disposent enfin d’un outil simple pour découvrir de la musique en étant rémunérés tout en conservant leur totale indépendance éditoriale.

Depuis notre lancement public en octobre 2018, ce sont 200.000 artistes utilisateurs, plus de 2.500.000 retours réalisés par les plus de 2000 médias, radios et labels actifs, 500.000 partages obtenus (articles, ajouts en playlist etc.) et plus de 1000 signatures en label facilitées.

Curators Groover

Votre service est disponible en français et en anglais. Avez-vous l’intention d’investir d’autres marchés ? Si oui lesquels et pourquoi ?

On a démarré en France en essayant de construire une vraie communauté d'artistes et professionnel·le·s à Paris puis en région. Étant donné la réussite de ce travail de fond, on a assez rapidement commencé à étendre le modèle aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Brésil, en Italie, au Canada, en Allemagne et plusieurs autres territoires.

Grâce à nos ambassadeurs locaux répartis dans le monde entier, nous avons pu développer une liste solide de professionnel·le·s dans les marchés développés et émergents.

Notre projet avec cette plateforme n'a pas de frontières ni de limites, c'est un service qui s'adresse à tou·te·s les musicien·ne·s indépendants et aux professionnels de l'industrie musicale qui cherchent de nouvelles façons de promouvoir leur musique. Nous avons le parti pris d'essayer de développer des communautés locales étape par étape plutôt que d'avoir une approche très globale. Cela n’empêche pas des artistes de plus de 160 pays d’utiliser actuellement Groover, c'est un outil très utile pour tester les marchés à l'export !

Envie d’essayer Groover? Les utilisateur·trice·s d'iMusician peuvent bénéficier d'une réduction de 15 % sur leur première campagne. Inscrivez-vous à Groover ci-dessous et utilisez le code GROOVERIMUSICIANVIP sur le résumé de votre campagne juste avant de la soumettre [explication sur la façon de l'utiliser ici].

Conseils pour démarcher la presse

Quels sont les feedbacks positifs/négatifs les plus courants que donnent les médias et professionnels inscrits ?

La communauté des médias / radios / labels / pros de la musique sont très satisfaits de l'outil, on le mesure par des sondages réguliers mais surtout en étant très proches d'eux et toujours disponibles pour leurs questions et remarques. Beaucoup de nouvelles fonctionnalités que nous avons mises en place viennent de recommandations que les médias et pros nous ont faites ! On reste à leur écoute pour améliorer continuellement la plateforme et l'expérience des pros et des artistes.

Groover leur permet de faire de nouvelles découvertes qui correspondent mieux à leur ligne éditoriale et leurs goûts que par mail, tout en développant une source de revenus intéressante. Il faut savoir aujourd'hui que la plupart des médias musicaux sont tenus par des passionnés qui n'ont pas de but financier et n'ont pour la plupart aucune source de revenus. Utiliser Groover permet de soutenir leur activité.

Artist Dashboard Groover

Vue du tableau de bord du côté des médias & pros sur groover.co

Les retours qu'on a sont toujours dans une volonté de rendre encore plus efficace la plateforme, notamment dans le ciblage des morceaux reçus et la communication avec les artistes, pouvoir récupérer des fichiers/informations dans le bon format. Il y a plusieurs choses que nous améliorons semaine après semaine.

A quoi ressemble une prise de contact idéale pour donner envie à un journaliste d’aller plus loin ? (= forme du mail, fond, fichiers à fournir, le petit truc en plus…)

Les journalistes, comme la plupart des professionnel·le·s de l'industrie de la musique, reçoivent énormément de propositions de morceaux et albums à écouter. L'idée est donc de capter leur attention en très peu de temps et de les séduire, leur donner envie de cliquer sur le lien d'écoute. Les journalistes présent·e·s sur Groover sont vraiment désireux d'écouter de nouveaux morceaux et d'aider les artistes à promouvoir leur musique.

Le tout est d'aller à l'essentiel : 2-3 paragraphes maximum, ne pas oublier le lien d'écoute, idéalement un lien public accessible par tous (Soundcloud, Youtube) et le smartlink de votre sortie s'il est disponible, mettre en gras les informations importantes, utiliser une police agréable, pourquoi pas une photo / la pochette de votre disque.

Le petit truc en plus → renseignez-vous sur le/la journaliste en question. On oublie parfois qu'il s'agit d'une personne, qui peut être flatté.e que vous connaissiez son travail. Adressez-vous à lui/elle directement. Pourquoi vous le contactez lui, pourquoi voulez-vous qu'il écrive sur vous.

Autre élément, un dossier de presse et/ou un communiqué de presse peuvent être très utiles, notamment pour ancrer votre morceau dans un univers visuel et qui vous représente de façon authentique. Les journalistes ont besoin d'avoir des choses à dire sur votre musique et l'univers de votre projet, ils apprécieront que vous leur facilitez le travail.

Pour finir, essayez de bien travailler votre storytelling et d'envoyer quelque chose de très professionnel, cela peut faire toute la différence.

Sur Groover, les artistes ont la possibilité d'écrire un pitch sur leur morceau afin de présenter l'univers du projet musical mais ils peuvent aussi écrire des messages personnalisés pour chaque média et pros qu'ils contactent. C'est un point très important qui permet de préciser l'adéquation entre le titre et le média ou professionnel en question.

MARGOFORIT 2 Groover

Faut-il établir des stratégies différenciées à mettre en place selon le média auquel on s’adresse (presse écrite, radio, web, presse locale…) ?

Il est toujours important de présenter les informations de façon claire et ne pas oublier des éléments importants. Votre but va être de faciliter la tâche et faire gagner du temps aux personnes contactées, au risque qu'ils passent à autre chose s'ils n'ont pas les informations disponibles. Peu d'entre eux vont prendre le temps de vous "courir après" pour obtenir les informations et fichiers dont ils ont besoin.

Quelques exemples :

  • Si vous contactez un blog ou magazine, toujours bien intégrer le lien Youtube de votre clip ou lien Soundcloud d'écoute du morceau, la pochette liée à la sortie, un court pitch de présentation de la sortie au minimum et un communiqué de presse si vous en avez préparé un, une bio (même courte) si possible.

  • Si vous contactez un· curateur·trice de playlists, bien intégrer le lien Spotify pour lui faciliter la tâche, le smartlink qui permet d'accéder à votre sortie sur toutes les plateformes si vous avez.

  • Si vous contactez une radio, un lien de téléchargement des fichiers .mp3 et .wav, idéalement correctement tagués avec également le visuel lié à la sortie.

Autres exemples, certains médias se prêtent aussi plus à la diffusion de certains supports. On pense par exemple aux webzines qui sont plus à même de diffuser vos clips par rapport à la presse écrite. Toutefois, ça ne vous empêche pas de mettre en avant tous vos accomplissements majeurs quand vous contactez les médias pour qu'ils aient une vision d'ensemble de votre projet musical. Essayer de bien présenter les informations en les mettant en forme (gras sur les éléments importants, utiliser les "bullet points" (tirets), ajouter une image etc.)

Dernier point, si vous en êtes à vos premières sorties ou que votre projet est encore de notoriété confidentielle, il vaut mieux commencer avec les médias de petite taille, tenus par des passionnés, ou locaux. Vous pourrez viser les médias plus influents au fur et à mesure, en construisant sur la notoriété et la légitimité acquise.

Ces apparitions dans d'autres médias permettent de renforcer votre crédibilité en tant qu'artiste et donnent confiance aux autres médias sur le sérieux de votre projet. Le passage sur votre radio FM locale ne sera jamais une garantie pour vous de passer ensuite sur une plus grosse radio ou un plus gros média, mais cela peut suffire à attiser suffisamment la curiosité de plus de journalistes, et déclencher l'écoute de leur côté.

Pouvez-vous nous parler d’un artiste qui a significativement augmenté sa notoriété grâce à la promotion Groover ?

Il y en a plusieurs qui ont très bien marché. À l'étranger, on pense par exemple à l'artiste brésilien Reiner. Grâce à Groover il a pu toucher des médias et pros de l'industrie qu'il n'aurait pas pu contacter sans, les plus gros journalistes musicaux du Brésil comme Pedro Antunes (Rolling Stone), Fabiane Pereira et un partage sur Teco Apple, un gros partenaire de MTV dans le pays.

En parallèle, notre accélérateur d'artistes Groover Obsessions, que nous avons lancé fin 2020, nous a servi à mettre en avant et à développer les projets musicaux des artistes les plus talentueux que nous avons repérés sur Groover. Nous avons actuellement plus de 200 artistes avec lesquels nous travaillons.

On peut notamment citer :

- Alvin Chris : depuis ses débuts sur Groover, il a sorti un premier EP qui a accumulé plus de 2 millions de streams sur les plateformes. Alvin a également remporté de nombreux prix et a été engagé pour de nombreux concerts à travers la France. Il a également joué au MaMA Festival et au Main Square Festival.

- Metò, un artiste indie folk québécois, a bénéficié d'une couverture médiatique importante au Québec, a figuré dans de nombreuses playlists Spotify Editorial et a fait l'objet d'articles sur son travail dans Arty Mag et Tourtoisie en France. Sa musique a également été diffusée sur des radios réputées telles que France Inter, FIP, Radio NEO et une trentaine d'autres stations de radio locales.

- Magon, dont le rock psychédélique a déjà été présenté sur France Inter, Ferarock, Rolling Stone, Magic et bien d'autres.

- Jadanaë, une jeune artiste de R&B et de soul dont les titres ont été repris dans de nombreuses playlists éditoriales de Spotify, y compris Equal France.

- Thaïs, une chanteuse et compositrice québécoise dont le projet a trouvé du succès en France via Rolling Stone, Brain Magazine, Tsugi, Les Inrocks, Vogue et bien d'autres. Elle a également signé avec l'un des meilleurs labels indépendants du Québec, Bravo Musique, appartenant à Cœur de Pirate.

MARGOFORIT Groover

Que contient un bon dossier de presse et quels sont vos conseils pour bien le rédiger ?

Un bon dossier de presse passe déjà par une belle mise en page, aérée et agréable à lire, et un contenu intéressant et pertinent. On doit y trouver votre biographie, des photos professionnelles de vous/de votre projet, votre musique (attention au lecteur utilisé, préférez un lien Soundcloud ou Youtube pour que tout le monde puisse écouter), des liens vers des vidéos clip/live (de bonne qualité), les plus grosses retombées presse obtenues, les moments-clés de votre projet (concerts à venir ou passés, prix remporté, etc.) et, pour finir, ne surtout pas oublier les infos pour vous contacter.

N'hésitez pas à parler de toutes les personnes qui ont travaillé sur le projet, de la production à votre entourage. De manière générale, hiérarchisez les faits du plus important au moins marquant.

Voilà la base de tout dossier de presse, maintenant vous pouvez aussi faire parler votre créativité. N'hésitez pas à vous démarquer tout en restant professionnel. Utilisez vos éventuels points forts additionnels, que ce soit la rédaction, le design, la photo pour faire un communiqué de presse unique et frappant.

Conseils pour trouver un label

1. Est-ce nécessaire d'être signé sur un label pour vivre de ma musique ?

Non, cette question dépend vraiment de la personnalité de l'artiste, du style de musique, tout est une question de projet musical et de temps à investir. De nos jours, de nombreux outils sont accessibles (et abordables) en ligne pour la création, la distribution de musique en ligne et la promotion avec Groover notamment. Un label n'est donc pas indispensable pour percer. Beaucoup et de plus en plus d'artistes indépendant·e·s arrivent à développer et monétiser leur fan base, passer en radio, intégrer des playlists et apparaître dans les médias, vendre des disques, se produire en concerts quand c'est possible.

À titre d'exemple, la plupart des artistes qu'on accompagne avec Groover Obsessions sont en bonne voie de pouvoir vivre intégralement de leur projet musical et n'ont pour la plupart pas de label. Vous avez également la possibilité de créer votre propre structure pour accueillir vos productions, associative ou entreprise, ce qui vous permettra notamment de solliciter des subventions auprès d'organismes de gestion collective comme, en France, la SACEM, la SCPP, la SPPF, l'ADAMI etc.

Bien que compliquée à décrocher, une synchro - films, pubs, jeux vidéos - est également un très bon moyen de vivre de sa musique. Pour cela vous pouvez vous faire aider d'un éditeur qui se chargera de diffuser votre musique au maximum sur différents supports et média. On a écrit un article sur ce sujet pour vous aider à aborder la synchro plus aisément.

2. Quel est l'intérêt d'être signé sur un label quand le numérique offre des possibilités de se produire, distribuer et promouvoir seul ?

Bien que pas forcément un passage obligé comme on l'a dit précédemment, un label c'est avant tout une ou plusieurs personnes qui vous accompagnent, vous font gagner du temps et vous donnent de la force.¨

Il est important de noter qu'aujourd'hui la plupart des labels indépendants interviennent post-production, c'est-à-dire une fois votre morceau prêt et souvent mixé. Cela est notamment dû au fait que les artistes ont beaucoup plus la possibilité aujourd'hui de créer, s'enregistrer, produire leur musique en toute indépendance.

Signer un contrat de licence avec un label par exemple, c'est un moyen d'être entouré sur les sujets comme la stratégie de sortie, la distribution, la promotion, pour vous concentrer sur la création et la production, mais aussi d'avoir plus de visibilité sur son projet musical et donc d'aller plus loin plus rapidement. En effet, un label c'est aussi une marque, qui bénéficie de la notoriété des projets avec lesquels il a travaillé dans le passé, de son réseau aussi, notamment auprès des médias.

Trouver le bon partenaire label qui veut vous suivre, c'est aussi avoir plus de temps pour créer, avoir une équipe derrière vous qui vous aide pour le marketing de votre projet, avoir potentiellement un budget plus important pour développer votre projet musical et décrocher de nouvelles opportunités. C'est aussi une équation. Tout est une histoire de balance entre la part de vos futurs revenus que vous céderez à ce partenaire, et le poids que vous pensez qu'ils pourront apporter pour multiplier ces revenus.

3. Quels conseils pour trouver un label ? Comment se faire remarquer ?

Tout d'abord, pour trouver un label aujourd'hui il faut avoir un projet déjà bien lancé, que ce soit au niveau de la fan base ou de la qualité de production. Un label doit pouvoir se projeter dans votre projet, aussi bien financièrement que surtout l'univers du projet. L'image est très importante et doit vraiment être complémentaire à votre musique pour que le projet soit intéressant pour un label. C'est plutôt un très bon signe si on vous approche directement.

Vous pouvez aussi démarcher des labels, il faut vous assurer que vous connaissez bien leurs spécificités en regardant quels artistes sont signés chez eux, leurs posts sur les réseaux sociaux etc. Vous pouvez faire une liste de ceux qui vous correspondent et les contacter selon le mode demandé (email, formulaire de contact...) Vos contacts avec les labels doivent être professionnels, concis et susciter la curiosité.

Groover peut être un très bon allié pour vous aidez à rentrer en contact avec les labels, sachant que plus de 350 sont accessibles sur Grover. En envoyant votre titre aux labels présents sur Groover, vous êtes assurés d'être écoutés et d'avoir un retour sous 7 jours au minimum.

Groover MARGOFORIT

4. A quel niveau de finalisation doit être mon projet musical avant d’envoyer à des labels ?

Il n'y a pas de règles absolues et cela dépend des activités du label, mais les chances d'attirer leur attention grandiront si votre projet est pro ou que votre communauté est solide. Il est souvent intéressant de pouvoir témoigner de sorties réalisées auparavant en indépendance, d'avoir vos mix (ou même master ?) finis, ou même d'avoir déjà sorti plusieurs singles de l'album que vous souhaitez sortir avec un label. Si vous témoignez de votre professionnalisme et de votre capacité à gérer beaucoup de choses seul.e, ce sera pour le label un risque en moins et un argument en plus en votre faveur.

Par exemple, si vous venez tout juste de commencer à faire de la musique sérieusement, si vous n'avez pas encore eu d'articles dans la presse ou fait de concert, c'est certainement trop tôt pour envoyer votre projet. Il faut se dire que chaque accomplissement est une garantie de plus pour le label qui y verra votre potentiel.

Groover permet aux artistes de tester leur approche avec les labels en facilitant le premier contact et en assurant un retour rapide. Les feedbacks reçus apportent un aperçu de la réalité et permettent de voir si certains labels sont intéressés par leur projet musical.

Un premier contact peut entraîner un partenariat plus poussé même plusieurs mois après, c'est souvent ce qu'il se passe pour les artistes dont on découvre qu'ils ont signé avec un label après l'avoir contacté sur Groover. Le processus prenant du temps, cela peut arriver parfois 6 mois après le premier contact, et pour des morceaux totalement différents :) C'est ce qui est arrivé pour Myoon qui a signé plusieurs mois après et pour un autre morceau avec Inside Records, le label d'Electro Posé.

5. J’ai trouvé un label ! Avez-vous des conseils pour négocier mon contrat (type de contrat, avance, etc) ?

Le premier conseil est de prendre son temps avant de signer quoi que ce soit. Si vous le pouvez, essayez de susciter l'intérêt de plusieurs labels pour créer de la concurrence et avoir plus de marge de négociation.

Est-ce que le label a bien compris votre projet et votre vision ? Êtes-vous d'accord avec la direction dans laquelle ils veulent emmener votre projet musical ? La confiance est le facteur principal.

Un.e manageur.euse voire un.e avocat.e spécialisé.e dans les contrats de l'industrie musicale peut être d'une grande aide avant de signer avec un label pour vous aider à prendre les bonnes décisions.

Ensuite, il existe trois types de contrats en label :

- Contrat d'artiste : idéal pour un.e artiste en développement de projet. Le label s'occupe de tout.
- Contrat de licence : idéal pour les artistes auto-produits. Le label donne une avance pour la production du projet mais c'est l'artiste qui la gère.
- Contrat de distribution : idéal pour les artistes déjà bien entourés souhaitant rester indépendants. Toute la production est à la charge de l'artiste.

Attention à bien dissocier label et édition. Déployez vos forces, ne concentrez pas tout au même endroit, surtout dans le cas où ça se passe mal avec l'un des deux, au moins vous ne perdez pas tout d'un coup en cas de rupture de contrat.

Pour ce qui est des avances, elles peuvent permettre de produire le projet ou de vivre en attendant de toucher les royalties ou servir à la promotion de sa musique. Tout se joue dans les négociations. Elles dépendent beaucoup de la notoriété de l'artiste. Vous n'aurez que rarement voire jamais la proposition d'une avance pour un premier projet !

Une avance, par définition, se doit d’être remboursée. Signer en label implique donc d'avoir la perspective d'être "rentable". C'est ce à quoi des labels vont faire attention avant de vous proposer un contrat et une fois que vous aurez signé ça peut-être une source de pression. C'est pour ça qu'il est important d'avoir un projet solide, en lequel vous avez confiance et que vous serez prêt.e à le défendre et à foncer. Être en autonomie ou indépendance vous donnera toujours un avantage sur la maîtrise artistique de votre projet.

Prenez donc votre temps pour ne pas signer à la hâte un contrat piégeux qui pourrait vous freiner. Pour plus de conseils sur les contrats en labels, lisez notre article dédié à ce sujet.

6. Une success story d’un artiste signé sur un label via Groover ?

Plus de 1000 artistes ont signé avec des labels depuis les débuts de Groover fin 2018, du moins de ce que l'on sait ! Quelques belles success stories de signatures en label que nous aimons mentionner.

Le groupe pop parisien Little Animal a signé chez Cookie Records après leur avoir envoyé leur musique sur Groover. Le label a tout de suite été séduit par le morceau 'Dreams' et a mis le groupe en relation avec un producteur pour enregistrer une nouvelle version ! Le titre a depuis été placé sur plusieurs playlist éditoriale Spotify et à dépasser les 1 millions de streams.

Le rappeur Dekay a signé chez Dig it! de Chinese Man Records après avoir envoyé sa musique sur Groover. Le label a été séduit par son univers et a souhaité travailler avec Dekay pour son prochain projet. L'interview Dekay & Dig It! à lire sur le blog.

Sur le Groover Blog, vous pourrez découvrir d'autres Success Stories d'artistes qui ont signé en label et gagné en visibilité en envoyant leur musique sur Groover.


Envie d’essayer Groover? Les utilisateur·trice·s d'iMusician peuvent bénéficier d'une réduction de 15 % sur leur première campagne. Inscrivez-vous à Groover ci-dessous et utilisez le code GROOVERIMUSICIANVIP sur le résumé de votre campagne juste avant de la soumettre [explication sur la façon de l'utiliser ici].

Suivre Groover on Instagram et Spotify.

Bottom Pic Groover

Prêt à diffuser votre musique?

Distribuez votre musique sur le plus grand nombre de plateformes de streaming et de boutiques dans le monde entier.

Commencer maintenant
Share Post:
Partager cet article sur
Newsletter iMusician

Tout ce dont vous avez besoin. Tout en un seul endroit.

Obtenez des conseils sur la façon de réussir en tant qu'artiste, recevez des remises sur la distribution de musique et recevez les dernières nouvelles d'iMusician directement dans votre boîte de réception ! Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale.

Newsletter iMusician

Tout ce dont vous avez besoin. Tout en un seul endroit.

Obtenez des conseils sur la façon de réussir en tant qu'artiste, recevez des remises sur la distribution de musique et recevez les dernières nouvelles d'iMusician directement dans votre boîte de réception ! Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale.

Loading...