Skip to main content

Nos NOUVEAUX abonnements sont là 🌟

En savoir plus
iMusician logo
Tous les articles du blog

Blockchain : La nouvelle industrie musicale ?

Partager cet article sur
Que signifie blockchains pour les musiciens

Vous vous souvenez de notre article intitulé « 5 façons de lancer votre propre carrière musicale » ? Il contenait une citation de Steffen Holly, de Fraunhofer IDMT, qui disait : « Lorsque les musicien·ne·s au bord du gouffre commenceront à utiliser les technologies existantes pour s'éloigner de l'industrie au lieu de s'y intégrer, ce n'est qu'alors que quelque chose de nouveau verra le jour, quelque chose de pertinent. »

Simple, élégant, transparent

Eh bien, c'est exactement ce qui se passe en ce moment. Rappelons-le : la Blockchain est une base de données décentralisée, totalement transparente et capable de traiter les crypto-monnaies. Toutes les transactions qui sont effectuées sur cette base de données sont régulièrement scellées et archivées jusqu'à la fin des temps. Les transactions ne font pas seulement référence aux échanges monétaires. Presque n'importe quel processus peut être inscrit dans la Blockchain sous forme de données comme une transaction, comme l'estampillage numérique de fichiers pour prouver sa propriété ou l'inscription sur les listes électorales. L'absence d'entité centrale, la transparence totale et les crypto-monnaies : ces trois caractéristiques peuvent à elles seules contribuer à résoudre la quasi-totalité des défis auxquels l'industrie musicale est actuellement confrontée. Et nous ne parlons même pas encore des contrats intelligents.

Depuis un certain temps déjà, la chanteuse, auteur et compositrice britannique Imogen Heap rêve d'un écosystème numérique centré sur les artistes qui gardent le contrôle total de leurs œuvres. La vision révolutionnaire de Heap est devenue réalité avec un peu d'aide d'Ujo - nous avons fait un reportage sur ce service, qui tire parti de la technologie Blockchain. Ce qui semblait bien loin s'est en fait transformé en un prototype fonctionnel. En y jouant pendant quelques minutes, vous pleurerez de joie ; son utilisation est simple, élégante et transparente. C'est ce à quoi pourrait ressembler le centre d'artistes du futur.

« Tiny Human », une chanson que Heap a dédiée à sa fille, sert d'échantillon pour le prototype Ujo, que vous pouvez lancer sur ujomusic.com. Outre la possibilité de l'acheter, vous pouvez lire toutes sortes d'informations sur les personnes impliquées dans la production de la chanson. Le design planétaire de l'ensemble de la page est tout à fait approprié. Une fois que quelques milliers d'artistes auront rejoint la galaxie Ujo, chaque groupe, artiste, compositeur·trice et producteur·trice, ainsi que chaque chanson individuelle, sera un nœud dans le grand projet.

Contrats intelligents

Mais concentrons-nous sur le présent pour l'instant. Ce qui distingue Ujo des autres plateformes, c'est son ouverture sans limite. Quiconque souhaite acheter une chanson peut choisir entre un certain nombre de licences. Les particuliers peuvent opter pour le téléchargement normal, tandis que les plateformes comme iTunes sont autorisés à ajouter la chanson à leur catalogue à condition de reverser 90 % des revenus générés par « Tiny Human » aux artistes concernés. Vous pensez peut-être qu'Apple ne va pas se plier aux exigences d'un·e seul·e artiste. Mais cela pourrait changer lorsque d'autres artistes de premier plan commenceront à utiliser Ujo.

Il en va de même pour les services de streaming. Heap a fixé un droit de licence de 0,6 centime par stream pour « Tiny Human ». Et même si, à l'heure actuelle, aucun service de streaming ne peut se permettre de payer plus d'un demi-cent par flux, Phil Barry, l'un des développeurs d'Ujo, est certain que, tôt ou tard, il y aura quelqu'un qui fera en sorte que cela fonctionne.

Les producteur·trice·s qui souhaitent remixer « Tiny Human » peuvent acheter le pack Stems, qui comprend toutes les pistes individuelles de la chanson pour 45 dollars. Il existe un autre niveau couvrant l'utilisation commerciale via des accords de synchronisation, bien que cette forme d'utilisation nécessite de contacter l'artiste par e-mail. Heap a même révélé les détails d'un accord qu'elle a conclu avec Sennheiser, qui est autorisé à utiliser sa chanson à des fins de marketing.

Tous ces différents types de licences sont saisis dans un contrat intelligent reposant sur la blockchain. Non seulement ces contrats garantissent que les titulaires de licence peuvent obtenir la licence dont ils ont besoin en un simple clic, mais les contrats intelligents veillent également à ce que les droits de licence - le prix de vente - soient transférés automatiquement sur le compte de chaque personne participante (les parts individuelles ont été convenues avant la mise en place du contrat). En cliquant sur le bouton de politique, vous verrez combien recevront chaque artiste impliqué dans « Tiny Human » (1er et 2ème violon, alto, violoncelle, trombone, cor) et son ingénieur de mastering Simon Heyworth. Il y a même un bilan indiquant combien chaque musicien a gagné jusqu'à présent.

Transferts d'argent en temps réel (presque)

Chaque vente est documentée, y compris l'identifiant anonyme de chaque acheteur. Cela permet de prouver à tout moment que vous avez déjà payé la licence d'une chanson donnée - ce qui peut s'avérer pratique si votre disque dur implose et que vous devez retélécharger toute votre musique, par exemple.

Comme la blockchain est capable de traiter les crypto-monnaies, chaque transfert est effectué en quelques secondes. Pour le moment, vous aurez besoin d'unités ETH (du nom de l'Ethereum, la Blockchain sur laquelle Ujo a été construit) pour pouvoir payer vos achats sur Ujo. Configurer votre compte pour pouvoir obtenir des unités ETH n'est pas sorcier. Néanmoins, Barry et son équipe sont en pourparlers avec des sociétés de cartes de crédit afin de proposer davantage d'options de paiement à l'avenir.

Changement de cap

Comment convaincre un secteur entier d'utiliser la technologie Blockchain pour gérer ses affaires à l'avenir ? Un secteur qui, rappelons-le, n'est pas réputé pour adopter les nouvelles technologies. La plupart des progrès dans le secteur technologique sont basés sur l'open source et le partage des idées. L'industrie musicale, en revanche, s'est spécialisée dans le contrôle des œuvres, c'est ainsi qu'elle a gagné le plus d'argent. Ce contrôle s'est manifesté par un monopole sur la distribution, partagé entre quelques grands acteurs dans les années 80 et 90. Chaque fois qu'une nouvelle technologie menaçait de briser ce monopole, la majorité des personnes travaillant dans ce secteur paniquaient.

Aujourd'hui, les nouvelles technologies apparaissent à un rythme tel qu'il est impossible de les éliminer - une stratégie qui était déjà vouée à l'échec lorsque le MP3 a fait son apparition. Le fait que Robert Ashcroft (PDG de la société de gestion collective britannique PRS) et Christophe Waignier (directeur de la stratégie et des ressources de la société de gestion collective française SACEM) aient participé à un panel sur la blockchain lors du Fair Music Open Forum à Boston le mois dernier témoigne de l'engagement du secteur à participer à la révolution de la blockchain (et non à la dominer).

Les volontaires s'engagent

Un grand nombre d'entreprises travaillant dans le secteur de la musique justifient leur existence en prétendant négocier les meilleurs contrats pour les artistes. D'autres s'assurent que les artistes sont correctement commercialisés. Quiconque apporte de la valeur à l'écosystème sera également pertinent sur la blockchain. Ce qui ne peut plus se justifier, en revanche, ce sont les commissions excessives prélevées pour maintenir en vie un appareil obsolète. Les accords de non-divulgation appartiendront également au passé.

Un grand nombre de ces entreprises de la vieille école fonctionnent encore dans un cadre de la vieille école. Vous, par exemple, ne passerez pas à la radio si vous ne faites pas partie de structures établies de longue date qui garantissent que les programmateurs entendent votre chanson. Ces processus doivent s'adapter, ce qui se produira si des modèles comme Ujo suscitent de l'intérêt. Une fois que l'équité et la transparence de ces systèmes seront connues de tous et qu'un nombre important d'artistes utiliseront le système, même les stations de radio commenceront à signer des contrats intelligents pour accorder des licences sur les chansons via la blockchain. Et ce pourrait bien être le secteur indépendant qui mène la charge ici. Après tout, de nombreuses personnes travaillant dans le secteur de la musique ne souhaitent rien d'autre que d'offrir de la bonne musique aux gens, d'une manière qui garantisse que toutes les personnes concernées puissent gagner leur vie.

Quelques définitions...

Une blockchain est un grand livre (ou registre) numérique distribué qui stocke et contient toute sorte de données. Une blockchain peut enregistrer des informations sur les transactions en crypto-monnaies, la propriété des NFTs ou les contrats intelligents DeFi. Elle est décentralisée et ce système d'enregistrement des informations rend difficile (voire impossible) de la modifier, de la pirater ou de la tricher.

Partager cet article sur
Newsletter iMusician

Tout ce dont vous avez besoin. Tout en un seul endroit.

Obtenez des conseils sur la façon de réussir en tant qu'artiste, recevez des remises sur la distribution de musique et recevez les dernières nouvelles d'iMusician directement dans votre boîte de réception ! Tout ce dont vous avez besoin pour développer votre carrière musicale.

Loading...